portrait-marc-plongeur

La flexibilité dans une économie dynamique et imprévisible est le salut des TPE/PME

Depuis que j’ai créé ma société il y a 10 ans, donc depuis le début de la crise, il m’est impossible de prévoir les montées et descente de charges. J’ai eu recours au CDD dans le passé mais avec la contrainte des délais entre CDD alors que les variations d’activités sont imprévisibles. Si les CDD sont surtaxés j’arreterai de faire appel à cette formule et , au même titre que beaucoup de mes confrères chefs d’entreprise, travaillerai avec des indépendants , auto entrepreneurs, et autres sociétés amis, pour absorber les pics. En conséquence, je ne serai plus générateur d’embauche, mais au moins controlerai mes coûts en fonction de la variabilité. Je pense que cette mesure est contre productive. D’ailleurs ce que j’ai pu olbserver dans les autres pays dits moins protecteurs comme l’Angleterre, les US, l’Australie, c’est que quand on peut facilement arrêter un contrat, il se crée un dynamisme du marché du travail car il est plus facile de trouver du travail. Mon fils en est la preuve car il a vécu cela en Australie. Licencié un jour, il a retrouvé du travail dans la semaine. Alors que les formules hyper protectrices des contrats Français fait réfléchir à 2 fois avant d’embaucher et d’être lié de façon rigide. Nous n’avons pas la masse critique pour subir cela et pas les moyens de prendre ce genre de risque. Et je suis objectif, ayant été représentant syndical dans ma carrière d’employé pendant plus de 10 ans, je suis je pense en mesure de pouvoir comparer avec mes obligations de chef d’entreprise d’aujourd’hui.